L'erouv, une frontière dans la ville ?

Par Lucine Endelstein
Cet article s’attache aux incidences de la pratique du judaïsme dans les usages des espaces urbains. Il prend pour exemple la construction d’erouv, système rituel de déplacement temporaire des frontières entre le privé et le public, dans certains immeubles parisiens où habitent des familles juives observantes. Parce qu’il représente une ritualisation du lien entre une communauté religieuse et un espace résidentiel, l’erouv permet de questionner le rôle de la religion dans la production de frontières sociales et spatiales. S’il symbolise la présence d’une communauté juive locale, c’est sa diversité interne qu’il révèle aussi, entre divisions religieuses et continuum, ainsi que les limites entre la proximité résidentielle et la construction communautaire.
Voir l'article sur Cairn.info