Coutume et citoyenneté, des colonies aux collectivités d’outre‑mer

Le point de vue du droit
Par Yerri Urban
La citoyenneté outre‑mer continue d’être associée à la coutume. Cette situation est le fruit de trois trajectoires : dans le Second Empire colonial, la coutume est conçue comme un stigmate justifiant la non‑citoyenneté de l’indigène ; dans l’après‑guerre, associée à la citoyenneté de statut local, elle est soit considérée comme un pis‑aller soit comme un signe d’autonomie. Enfin, en Guyane, la coutume officieuse des Amérindiens et Marrons est le symptôme de l’appartenance à des « peuples indépendants », puis de la citoyenneté de droit commun.
Voir l'article sur Cairn.info