L’imbrication des expériences historiques. La mémoire de la déportation des Juifs lituaniens par les Soviétiques

Par Violeta Davoliūtė, Sylvie Muller
Le retour de la mémoire pendant le mouvement populaire de la fin des années 1980 porta sur les crimes du Stalinisme, pas sur l’Holocauste. On considéra que les premiers concernaient la mémoire et l’identité lituanienne, le second uniquement les Juifs. Cette opposition diminue depuis une décennie à mesure que l’on prend conscience de l’imbrication des expériences historiques, notamment de la collaboration des Lituaniens de souche avec les nazis et du fait que les déportations de 1941 ont affecté tous les citoyens lituaniens, quelles que soient leur appartenance ethnique ou leur religion, y compris les Juifs. En rapportant les expériences et les souvenirs des Juifs lituaniens qui ont été déportés, cet article se veut une contribution à l’émergence tardive de cette mémoire juive de la déportation par les Soviétiques, et à une représentation plus nuancée de cette période.
Voir l'article sur Cairn.info