Histoire-mémoire d’espaces yiddish litvaks après la Shoah. Entre mondes assassinés et vivants en Lituanie

Par Carole Lemée
En Lituanie, les violences génocidaires et ethnocidaires commises par les hommes du iiie Reich et leurs auxiliaires lituaniens ont décimé les populations juives litvaks à plus de 95 % et détruit la quasi-totalité de leurs patrimoines matériels. Cet article décrit les mondes yiddish durant le nazisme et les périodes soviétiques, et depuis l’indépendance de 1991 à nos jours. Durant la Deuxième Guerre mondiale et dès 1944-1945, des victimes rejointes ensuite par des descendants se sont faits les acteurs et rédacteurs de leur propre histoire et de leurs mémoires, à la fois pour relater les faits, et pour continuer à faire vivre les mondes yiddish. Leur histoire, mémoires, et savoirs font l’objet de traitements institutionnels dans le cadre de logiques de muséification, visant à se souvenir comme à répondre à la demande d’un tourisme mémoriel international. L’article insiste sur les tensions mémorielles, marquées tant par les difficultés à évoquer les crimes des auxiliaires lituaniens, et par la thèse du « double génocide », que par la persistance d’un antisémitisme et l’intérêt porté à la culture yiddish d’autrefois.
Voir l'article sur Cairn.info