Le discours républicain sur les « nomades » (1908-1912) : les cas d’Étienne Flandin et de Marc Réville

Par Emmanuel Filhol
Dans la genèse des propositions parlementaires, projets de loi, débats et rapports qui président au dispositif de contrôle des « nomades » instauré par la loi de 1912, la question de la famille, du travail et de l’habitat appliquée aux Tsiganes intervient comme un facteur idéologique important pour justifier envers eux l’adoption d’une législation particulièrement discriminatoire et vexatoire. À partir du discours tenu entre 1908 et 1912 sur ces thèmes par deux élus républicains, Étienne Flandin et Marc Réville, l’article entend mettre en lumière ce qu’il en est de la violence symbolique inséparable de la dévalorisation sociale et culturelle exprimées à l’endroit des communautés tsiganes.
Voir l'article sur Cairn.info