« 20 años sin justicia »

L’impossible clôture de l’attentat de 1994 contre l’AMIA-DAIA à Buenos Aires
Par Sébastien Tank-Storper
Cet article compare deux dispositifs publics de commémoration du vingtième anniversaire de l’attentat antisémite de 1994 contre l’AMIA à Buenos Aires, en montrant comment chacun contribue, à sa manière, à redéfinir la place de la population juive au sein de la société argentine. Quand celui de l’association de victimes Memoria Activa travaille à tisser des solidarités horizontales avec d’autres mouvements de lutte contre l’impunité et pour les droits humains, le dispositif des institutions juives qui prend place sur les lieux de l’attentat met en scène une relation verticale avec le pouvoir politique (au détriment des solidarités horizontales avec le reste de la société civile) et insiste davantage sur le devoir de protection de l’État vis-à-vis de sa population juive.
Voir l'article sur Cairn.info