Gens de commerce

Gens de commerce
N° 165, 2017/1 - 176 pages

Cette livraison d’Ethnologie française éclaire les dimensions historiques, sociales, spatiales du commerce de détail, un thème longtemps resté parent pauvre de la recherche. Certes, son dynamisme au XIXe siècle est bien connu car il a su anticiper ou s’adapter à de nombreux bouleversements, mais l’on aurait pu penser que l’apparition des grands magasins à la fin du XIXe siècle, l’avancée de la grande distribution, et plus récemment le commerce en ligne, l’effaceraient progressivement du paysage urbain. Or, si le nombre de commerces de proximité est en baisse en milieu rural, il est en hausse en milieu urbain.

Et c’est justement dans leurs rapports à l’urbain que ces commerçants sont ici principalement saisis. Installés dans les quartiers parisiens en voie de gentrification, ils contribuent au renforcement du processus : en témoigne par exemple l’inattendu renouveau des crémiers qui ont su s’ajuster au renouvellement des goûts et des attentes d’une clientèle aisée. La revue s’intéresse également aux installations précaires : les surprenantes commerçantes « à la valise » qui traversent la frontière sino-mongole, les terrassiers, kiosquiers et bouquinistes offrant leurs marchandises sur les trottoirs de Rabat et Casablanca, les commerçants des marchés de plein vent entre nomadisme et sédentarité.

L’examen des manières d’exercer leur activité, comme les profi ls sociaux de ces gens de commerce révèle, au sens photographique du terme, les changements d’un quartier ou d’une ville, dans la mesure où ils en sont à la fois l’un des signes et l’un des effets.

Introduction

Gens de commerce

Varia

Comptes rendus

Pages 151 à 170