Proposer un varia

Ethnologie française publie, en français de préférence mais aussi en anglais, des articles fondés sur des enquêtes qui obéissent aux principes de la démarche anthropologique au sens large. La revue accorde une attention privilégiée aux ethnographies qui questionnent la diversité et l’unité des expériences humaines et sociales, spécialement dans les espaces européens. Mais elle reste aussi ouverte aux contributions théoriques, comparatives et historiques.

La revue accueille des articles spontanés (varia) ou des propositions de contribution à des dossiers thématiques (cf. « Répondre à un appel à contributions »). Dans tous les cas, les auteur-e-s sont invités à se reporter aux instructions ci-dessous.

Les articles font l’objet d’une évaluation en double aveugle par deux relecteurs ou relectrices. Ils sont à envoyer par courriel à ethnologie.francaise@mae.u-paris10.fr

 Instructions aux auteurs

  1. Longueur et style des articles

 Les articles auront une longueur comprise entre 35 000 et 70 000 signes, espaces, notes, bibliographie, résumés, mots-clés compris, mais hors illustrations.  Utiliser une police 12 pour le texte.

  1. Résumés, mots-clés

Les résumés, en français et en anglais, auront une longueur de 600 signes espace compris maximum, avec le titre de la contribution en anglais et impérativement 5 mots-clés en français et en anglais ; à ce sujet, nous insistons sur l’importance d’un résumé rédigé avec clarté et précision, et d’un choix judicieux des mots-clés qui l’accompagnent. Certains lecteurs ou lectrices et la plupart des moteurs de recherche se fondent exclusivement sur ces éléments dans leur repérage et évaluation d’un numéro. Par ailleurs, mis gratuitement en ligne sur le portail CAIRN, ces résumés en anglais, en espagnol et en allemand vous permettent d’être lus à l’étranger (http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise.htm).

  1. Présentation de l’auteur-e ou des auteur-e-s

Le résumé doit être suivi des nom et prénom de l’auteur-e ou des auteur-e-s et accompagnés de leur coordonnées complètes (adresse postale pour l’envoi d’un exemplaire de la revue et vos « tirés à part » et courriel) et de leur affiliation institutionnelle ; pour l’affiliation, suivre les consignes ci-dessous sur deux lignes :

Institution de rattachement principale/employeur (ex : CNRS, Aix-Marseille Université, EHESS, Max Planck Institute, Casa de Velásquez, Labex TransferS, etc.). Pour les post-doctorant-e-s, chercheur-e-s en CDD, indiquez à ce niveau le nom de l’employeur. Les chercheur-e-s indépendant-e-s ou les doctorant-e-s non financé-e-s peuvent indiquer, s’ils le souhaitent, leur statut. Ex : chercheur-e indépendant-e, docteur-e en sociologie, doctorant-e en anthropologie, etc.

Laboratoire ou équipe de recherche de rattachement ou d’association, en développant l’acronyme (ex : Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Institut des mondes africains). Cas particulier des rattachements structurants à une équipe au sein d’un laboratoire : acronyme du laboratoire et nom de l’équipe, tels que LISST – Centre d’anthropologie sociale, IIAC – Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales.

  1. Disposition d’un article : citations, intertitres, etc.

  • Les citations courtes (jusqu’à 3 lignes) apparaissent entre guillemets « à la française », le style italique est strictement réservé aux mots en langues étrangères, aux titres d’ouvrages et de revues et, de façon exceptionnelle, aux soulignements. Placer le point final à l’intérieur des guillemets si la citation correspond à une phrase complète comme : « Je hais les voyages et les explorateurs. » Celui-ci sera placé à l’extérieur des guillemets quand la citation concernera une incise ou une expression ou un mot qui se trouveront à « l’intérieur d’une phrase de l’article ».
  • Les citations longues (3 lignes et plus) forment un paragraphe distinct (saut de ligne avant et après), sans guillemets, dans une police 11 et avec un retrait d’1,25 cm par rapport au texte de l’article. Ainsi :

Ethnologie française publie, en français de préférence mais aussi en anglais, des articles fondés sur des enquêtes qui obéissent aux principes de la démarche anthropologique au sens large. La revue accorde une attention privilégiée aux ethnographies qui questionnent la diversité et l’unité des expériences humaines et sociales, spécialement dans les espaces européens. Mais elle reste aussi ouverte aux contributions théoriques, comparatives et historiques.

  • Ne pas utiliser de gras, ni de style souligné
  • Insérer des intertitres dans votre texte, avec au maximum deux niveaux d’intertitres

– Appels de notes de bas de page : les notes sont appelées dans le texte. Elles sont numérotées en continu (les saisir en numérotation automatique : 1. 2. 3. etc.).

  1. Références bibliographiques

Ne faire figurer que des références explicitement mentionnées, citées et appelées dans le texte

Les références bibliographiques sont développées à la fin du texte (et différenciées des notes). Elles sont annoncées par un intertitre : Références bibliographiques (et non « bibliographie »).

Dans l’article, il faut les insérer dans le texte entre crochets avec le nom, sans le prénom, de l’auteur-e, la date d’édition utilisée et, le cas échéant, la page de référence : [Foucault, 1970 : 56]. Les notes de fin peuvent contenir des références mais ne peuvent s’y réduire. Dans ce dernier cas, ce sont les crochets dans le texte qui doivent être utilisés.

Normes bibliographiques en fin de texte

 * Pour un ouvrage (mentionner, le cas échéant, entre crochets la date de la première édition) :

Durkheim Émile, 2000 [1897], Le Suicide, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige ».

* Pour un collectif de 2 auteurs :

Detienne Marcel et Jean-Pierre Vernant, 1974, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, « Champs ».

* Pour un collectif à partir de 4 auteur-e-s, on cite les trois premiers puis et al. :

Adell Nicolas, Regina Bendix, Chiara Bortolotto, et al. (dir.), 2015, Between Imagined Communities and Communities of Practice. Participation, Territory and the Making of Heritage, Göttingen, Universitätverlag.

* Si le nom de l’auteur-e contient une particule, celle-ci suit en minuscules le prénom :

Certeau Michel de, 1990, La Possession de Loudun, Paris, Gallimard-Julliard.

* Pour un article dans une revue :

Juhem Philippe, 1995, « Les relations amoureuses des lycéens », Sociétés contemporaines, 21 : 29-42.

Gusterson Hugh, 2007, « Anthropology and Militarism », Annual Review of Anthropology, 36 : 155-175.

Pour un article faisant partie d’un dossier thématique, on précisera le titre du dossier ainsi que les nom et prénom du/des coordinateurs ou coordinatrices comme suit :

Canolli Arsim, 2017, « La culture culinaire du Kosovo : changement et continuité », Ethnologie française, XLVII, 2 [Gilles de Rapper (dir.), Albanie. Renaissance d’une discipline] : 289-300.

* Pour une contribution à un ouvrage collectif :

Joyeux Ludovic, 2004, « Quand l’espace domestique se fait enjeux identitaires : le cas de familles immigrées d’origine algérienne résidant en HLM » in Béatrice Collignon et Jean-François Staszack (dir.), Espaces domestiques. Construire, habiter, présenter, Paris, Bréal : 125-136.

* Pour un film :

Rouch Jean, 1955, Les Maîtres fous.

  1. Illustrations, photos, schémas, cartes

Les documents photographiques, schémas, cartes, dessins au trait libres de droits peuvent être remis sous forme de tirage papier de bonne qualité, mais, de préférence, envoyés numérisés (fichiers en jpeg, png ou tiff exclusivement, définition de 300 dpi minimum à la taille de reproduction envisagée ou taille de 500 Ko minimum). Pour chaque photo, merci de mentionner une légende précise (titre, lieu, date, auteur de la photo), d’indiquer son emplacement dans votre texte et de nous adresser les accords de reproduction à titre gracieux de tout document propriété d’une agence, institution, etc. ET de ses auteur-e-s (photographe, illustrateur ou illustratrice, etc.), ainsi que l’accord écrit de toute personne représentée et identifiable.